L’avenir de l’école Charles Péguy

FermetureLe peu de respect des nouvelles normes d’accueil du public et notamment du public en situation de handicap impose la fermeture pure et simple de l’école Charles Péguy en 2016 si aucune adaptation n’est faite d’ici là. Cette fermeture, si elle a lieu, engendre la perte d’emploi pour plus de 15 personnes mais surtout, impose la scolarisation dans d’autres écoles de plus de 200 enfants dont presque 40 à besoins éducatifs particuliers ou porteurs de handicaps.

Pour la seule commune de Bouillargues, ce sont près de 110 enfants que la municipalité se verra dans l’obligation de scolariser alors que les écoles publiques ne sont pas en mesure de les accueillir.

La survie de notre école passe donc par une refonte quasi complète des installations.

Une réflexion posant les fondations de l’avenir

Les besoins de l’équipe éducative, tant sur le travail actuel que celui prévu par le projet d’établissement, sont cernés depuis longtemps. La difficulté a été de combiner les besoins immédiats et les obligations légales le tout dans un espace non extensible. Mais il a fallu également penser au futur de l’école, se laisser la possibilité d’effectuer des modifications, tant dans l’usage des bâtiments que dans leur extension.

Une pièce peut servir de salle de classe une année et de salle de sieste les deux années suivantes !

Il a fallu penser également à des aménagements réalisables sans fermeture temporaire de l’école. Permettre aux ouvriers de travailler pendant les périodes de présence des élèves et ce en toute sécurité pour les uns comme pour les autres, profiter au mieux des vacances scolaires, améliorer les rapports qualité/prix des prestations, …

C’est en s’entourant de personnes compétentes dans différents domaines, que l’équipe de l’OGEC est arrivée à déterminer le projet final ainsi que sa mise en œuvre. Ces bénévoles (parents d’élèves, amis, …) et ces entreprises (architecte, UDOGEC(1)) ont mis en commun leurs savoir-faire dans l’intérêt de l’école et des enfants.

 

 

L'école Charles Péguy début 2015

Des plans à foison

Le projet tout d’abord a été repensé à de nombreuses reprises avec l’aide de plusieurs architectes. C’est finalement le cabinet CLN Architecture(2) qui a attiré l’attention de l’OGEC avec un projet établi à partir de nos besoins et l’œil aiguisé par l’expérience dans la refonte de plusieurs établissements scolaires catholiques.

La difficulté de l’espace a été vite résolue en pensant à utiliser les bâtiments existants et à leur faire prendre de la hauteur. De même, certaines cloisons existantes seront déplacées afin d’optimiser l’espace.

Shema projet construction 2015-2016     Les tirets rouges représentent les cloisons actuelles

L’escalier menant à l’étage de l’ancien bâtiment va être refait et une coursive va permettre d’accéder à l’ensemble des salles de l’étage.

Les salles ont été pensées afin de permettre au corps enseignant de moduler et modifier leur utilisation en fonction des besoins d’une année sur l’autre. Une cantine et son office ont été intégrés afin de permettre à l’école Charles Péguy d’être autonome sur la restauration des enfants et du personnel. Les accès ont été redessinés afin de pouvoir répondre aux exigences de l’accueil des personnes en situation de handicap.

Un agenda compliqué

La mise en application du projet nécessite la modification des cloisons d’un bâtiment, la rénovation des charpentes, toitures et huisseries ainsi que le déplacement des cloisons du bâtiment principal et enfin la reconstruction complète des deux derniers bâtiments. Ce gros effort est rendu obligatoire par la vétusté et la fragilité des murs et charpentes.

Les murs et fondations des classes de maternelle ont une fragilité qui ne permet pas de faire des travaux à l'intérieur sans déstabiliser le bâtiment. La décision a donc été prise de reconstruire à neuf le bâtiment.

Si certaines parties des travaux peuvent être maintenues pendant les périodes scolaires, d’autres doivent en revanche avoir lieu impérativement en l’absence des élèves. C’est le cas par exemple pour la démolition du bâtiment des maternelles, phase qui nécessite la présence de camions et de tractopelles. Le calendrier établi a tenté de prendre en compte ces impératifs et le début des travaux est donc prévu pour l’été 2015 afin de profiter des 7 semaines de fermeture de l’établissement.

Afin de maintenir les cours pour les enfants, une aire de sécurité sera balisée autour du chantier et une solution d’hébergement provisoire des salles de classes a été prévue. Des bâtiments mobiles (type Algeco) vont être installés afin d’accueillir les enfants et leurs enseignants le temps des travaux.

Plusieurs étapes personnalisées

L’absence de cantine dans l’établissement et la fragilité du bâtiment situé au nord, n’ont laissé que peu de place quant au doute sur l’ordre de mise en œuvre des différentes tranches du chantier.

La suite du phasage s’est naturellement imposée en fonction des différentes contraintes de sécurité, de disponibilité et  pédagogiques.

La destruction des deux bâtiments nord va permettre de laisser la place dans un premier temps à un nouveau bâtiment comportant salles de classes, de motricité, de restauration et bien sûr des sanitaires.

La finalisation de cette tranche principale nous permet de réintégrer rapidement les élèves dans les classes et la cantine dans l’établissement. Le nombre total de salles disponibles, permet même aux enseignants d’assurer leurs cours pendant la rénovation du bâtiment ouest sans avoir à déplacer les élèves dans des bâtiments mobiles.

La deuxième tranche verra dans un premier temps le service administratif intégrer ses nouveaux locaux dans le bâtiment sud qui aura simplement été recloisonné.

Enfin, le bâtiment historique, la « Maison d’Albon », entrera en travaux pour une remise en état de la quasi intégralité de la toiture et des huisseries, ainsi que de la dalle de l’étage.

Le RDC et le 1er étage accueilleront chacun deux salles de classe, soit une capacité d’accueil des élèves doublée mais surtout adaptée et sécurisée.

La coursive, permettant l’accès aux salles de l’étage comprend également un espace « terrasse ». Cette aire permettra de faire certaines activités comme les arts plastiques en extérieur sans se déplacer dans la cour. Elle servira également et surtout de préau pour les récréations.

Index

(1) Union Départementale des Organismes de Gestion de l'Enseignement Catholique
(2) clnarchitecture.fr

Haut de page